Blog
Le coût d'un divorce à l'amiable
18 mai 2023

Le coût d'un divorce à l'amiable : ce qu'il faut savoir

Argent

Dans cet article, nous abordons le sujet du coût d'un divorce à l'amiable. En effet, de nombreux couples souhaitent mettre fin à leur mariage par consentement mutuel et se posent souvent la question des frais engendrés par cette procédure.

Les éléments qui influencent le prix d'un divorce à l'amiable

Le montant final d'un divorce à l'amiable dépend de plusieurs facteurs. Voici les principaux éléments à prendre en compte pour estimer le coût de cette procédure :

Les honoraires de l'avocat : Il est obligatoire de recourir aux services d'un avocat pour un divorce à l'amiable. Les honoraires varient en fonction du professionnel choisi, de sa localisation géographique et de la complexité de votre dossier.

La prestation compensatoire : Si l'un des conjoints doit verser une somme d'argent à l'autre afin de compenser la disparité de niveau de vie causée par le divorce, cela peut également influencer le coût total de la procédure.

Le partage des biens : Si vous êtes propriétaires de biens immobiliers ou mobiliers, vous devrez les partager dans le cadre du divorce. Cela peut entraîner des frais supplémentaires, notamment si vous devez faire appel à un notaire pour établir un acte de partage.

Les frais de justice : Même si le divorce à l'amiable est moins coûteux que les autres procédures, il engendre tout de même des frais de justice.

Les honoraires de l'avocat : un poste de dépense incontournable

Pour un divorce à l'amiable, chaque conjoint doit être assisté par un avocat. Les honoraires de ces professionnels sont libres et peuvent donc varier d'un avocat à l'autre. En règle générale, ils se situent entre 1 000 € et 3 000 € mais cette fourchette peut évoluer selon la complexité du dossier et la renommée du professionnel choisi.

Il est crucial de bien comparer les offres et de demander plusieurs devis avant de faire son choix.
Il existe également des services sérieux de procédures de divorce amiables opéré par des avocats accessibles en ligne à partir de 500€/époux.

Comment réduire les honoraires de l'avocat ?

Il existe quelques astuces pour diminuer le montant des honoraires de l'avocat lors d'un divorce à l'amiable :

À savoir que les deux conjoints ne peuvent plus choisir d'être représentés par le même avocat. 

Négocier les honoraires :  Les avocats ont la possibilité de moduler leurs tarifs en fonction des revenus de leurs clients. N'hésitez pas à discuter avec eux pour obtenir une réduction ou un étalement des paiements.

Comparer les offres : Prenez le temps de contacter plusieurs avocats et de demander des devis détaillés afin de choisir le professionnel qui vous convient le mieux, tant sur le plan financier que relationnel.

La prestation compensatoire : une somme d'argent à prendre en compte

La prestation compensatoire vise à rééquilibrer la situation financière des deux conjoints après le divorce. Son montant est fixé par les époux eux-mêmes ou par le juge si aucun accord n'est trouvé.

Cette somme peut être versée sous forme de capital ou de rente mensuelle, selon les modalités convenues entre les parties. Il est donc essentiel de bien évaluer le coût de cette prestation pour anticiper les dépenses liées au divorce à l'amiable.

Le partage des biens : des droits de partage à prévoir

Pour partager les biens immobiliers et mobiliers acquis en commun pendant le mariage, les époux doivent recourir aux services d'un notaire. Celui-ci établit un acte de partage qui détermine la façon dont les biens seront répartis.

La liquidation de la communauté implique deux coûts principaux :

Le droit de partage : c’est un impôt qui s’élève à 1.1% de l’actif net partagé, il existe dans tous les cas (biens meubles ou immeubles, état liquidatif réalisé chez le notaire ou non). Pour un patrimoine inférieur ou égal à 5 000 €, le droit de partage est fixé forfaitairement à 125 €.

Les frais de notaire : on compte habituellement dans ces frais, les émoluments du notaire (frais de rédaction et de pièces) et les taxes nécessaires aux modifications d’acte de propriétés (en cas de biens immobiliers). Demandez à votre étude Notariale pour plus d’information.

Dans le cadre d’une liquidation sans notaire : le tarif proposé par votre avocat pour vous accompagner dans votre procédure de divorce, intégrera la réalisation de la liquidation.

Lors du partage des biens, il se peut que vous n'ayez pas la capacité de stocker tout ou partie de ces derniers, notamment si vous devez retrouver un logement. Pensez à louer un box de stockage pour les entreposer, une solution souple et temporaire qui vous permettra de mettre vos biens en sécurité le temps que votre situation se stabilise, tout en gardant un accès facile à ceux ci.

Les frais de justice : un coût moindre pour le divorce à l'amiable

Le divorce à l'amiable est plus rapide et moins coûteux que les autres procédures en matière de frais de justice. En effet, ces derniers se limitent à l'enregistrement au rang des minutes de la convention rédigée par les avocats, auprès du notaire. Le montant de cet enregistrement s'élève actuellement à 50 €, à régler au moment du dépôt du dossier.

Changement de dispositions de la loi de la réforme de la justice

Il est important de connaître les évolutions législatives récentes qui peuvent influer sur le coût de votre divorce. La loi de la réforme de la justice a notamment introduit une nouvelle procédure simplifiée de divorce pour altération définitive du mariage. Cette procédure, qui nécessite moins d'interventions du juge des affaires familiales, peut permettre de réaliser des économies sur les frais liés au divorce.

En somme, le coût d'un divorce à l'amiable varie en fonction de plusieurs facteurs : les honoraires de l'avocat, la prestation compensatoire, le partage des biens et les frais de justice. Il est donc crucial de bien évaluer ces différents postes de dépenses afin de prévoir un budget adapté à cette procédure.