auto-entrepreneur et expert comptable
3 juin 2022

Auto-entrepreneur : quand faire appel à un expert-comptable ?

Auto-entreprise

Si l’auto-entrepreneur soumis au régime micro-social doit tenir une comptabilité allégée, il peut avoir besoin, tôt ou tard, de faire appel à un professionnel pour sa gestion comptable. On vous rappelle en quoi consiste le régime micro-social, et on vous explique à quel moment il peut devenir indispensable de s’adjoindre les services d’un expert-comptable.

Quelles sont les obligations comptables d’un auto-entrepreneur ?

Pour connaître les obligations comptables auxquelles on est soumis, il faut déjà savoir à quel régime fiscal on est assujetti. Néanmoins, on peut quand même noter que beaucoup d’auto-entrepreneurs sont soumis au régime micro-social, qui leur permet de n’avoir à tenir qu’une comptabilité dite “allégée”.

Par “allégée”, on entend une comptabilité qui se résume à l’enregistrement, par ordre chronologique, des recettes encaissées dans un livre de recettes, contenant le numéro de facture et la date d’encaissement, le montant de la recette et sa nature, mais aussi l’identité du client et le mode de règlement utilisé par ce dernier. 

Pour les auto-entrepreneurs dont l’activité repose sur la vente de marchandises, la fourniture de denrées ou l’hébergement, la tenue d’un registre des achats est également nécessaire. Dessus doivent figurer l’ensemble des achats effectués au titre de l’activité, assortis de leur date, du nom du fournisseur, du mode de paiement et du justificatif associé. 

Pas de bilan annuel à produire, donc, mais une obligation de déclarer son chiffre d’affaires de manière soit mensuelle soit trimestrielle, la périodicité étant fonction du choix de l’auto-entrepreneur, et un suivi comptable sérieux et régulier à l’aide de l’outil de son choix. 

Doit-on avoir un expert-comptable en tant qu’auto-entrepreneur ?

La comptabilité de l’auto-entrepreneur étant allégée, faire appel à un expert-comptable n’est pas obligatoire. Effectivement, il peut assurer lui-même la tenue du livre de recettes et du registre des achats, dès lors qu’il référence dans son outil de suivi – qu’il s’agisse d’un livre de compte papier, d’un logiciel de facturation ou d’un tableau Excel – tous les éléments indispensables au respect de la loi.

Néanmoins, il existe des situations dans lesquelles un expert-comptable peut s’avérer fort utile dans la gestion d’une auto-entreprise. Notamment :

Quand on dépasse un seuil de chiffre d’affaires :

Dans le cas où l’auto-entrepreneur assujetti au régime micro-social dépasse le seuil de chiffre d’affaires lui permettant de bénéficier de la franchise en base de TVA, c’est-à-dire d’une exonération de TVA, il peut avoir besoin des services d’un expert-comptable. En effet, collecter, déclarer et payer sa TVA n’est pas forcément chose aisée, surtout lorsque l’on est habitué à tenir une comptabilité allégée avec peu d’obligations comptables.

Pour rappel, il existe deux seuils de dépassement de chiffre d’affaires pour un auto-entrepreneur : 

  1. Le premier, qui s’élève à 176 200 € pour les activités de vente de marchandises, de vente à consommer sur place et de fourniture de logement (catégorie 1), et à 72 600 € pour les prestations de services (catégorie 2), est une limite au-delà de laquelle le régime micro-social n’est plus accessible en 2022
  2. Et le second, qui s’élève à 85 800 € pour les activités de la catégorie 1 et à 34 400 € pour les activités de la catégorie 2, est un seuil au-delà duquel il n’est plus possible de bénéficier de la franchise en base de TVA en 2022

Si l’on estime qu’il est avantageux pour son auto-entreprise de basculer dans le régime réel de TVA, par exemple dans le cas où l’on achète beaucoup de biens ou de services à des fournisseurs au titre de son activité et que ces derniers sont assujettis à une TVA déductible, on peut demander loption pour le paiement de la TVA. La TVA déductible étant par définition déduite du montant de la TVA collectée, il s’agit d’un cas où le mécanisme de la TVA est avantageux.

Quand on dispose de trop peu de temps pour la gestion

Confier sa comptabilité à un expert-comptable, c’est déléguer. Car qui dit auto-entreprise, dit entrepreneur seul aux commandes, avec un ensemble de tâches à effectuer allant de son cœur dactivité – qu’importe sa nature – au démarchage commercial, en passant évidemment par la gestion. 

Lorsque l’on trouve son emploi du temps trop rempli, on peut avoir envie de se décharger d’un certain nombre de tâches administratives, parmi lesquelles la tenue de sa comptabilité. Attention : confier cette dernière à un professionnel ne signifie pas que l’on ne va plus rien faire d’administratif, mais que l’on va se prémunir d’éventuelles erreurs administratives et remplir ses obligations déclaratives en temps et en heure… Et soyons honnêtes : quand on est auto-entrepreneur, c’est appréciable !

Quand on souhaite bénéficier de conseils

C’est l’un des désavantages de l’auto-entreprise : on est seul pour prendre ses décisions… Et on peut avoir besoin de conseils, notamment lorsqu’il s’agit d’opter pour une orientation stratégique plutôt qu’une autre. La bonne nouvelle, c’est qu’un expert-comptable peut assurément fournir ce conseil, qu’il porte sur la stratégie d’entreprise, la fiscalité ou tout autre sujet en rapport avec l’activité. 

En ce sens, un expert-comptable apparaît comme un investissement : certes, il représente un budget… Mais sur le long terme, il peut participer à l’augmentation de la rentabilité, ou à la baisse des coûts.

Quel expert-comptable pour un auto-entrepreneur ?

Prendre un expert-comptable, oui… Mais pas n’importe lequel. D’abord, il faut avoir en tête que tous les cabinets ne prennent pas les auto-entrepreneurs : si l’on n’est pas médecin ou avocat, pas la peine de s’adresser à un expert comptable spécialisé dans les professions libérales réglementées.

Par ailleurs, certains professionnels sont plus ou moins à l’aise avec certains sujets. Si l’activité repose sur un modèle économique très novateur, il faut s’assurer que l’expert-comptable avec lequel on envisage de travailler est à l’aise sur le sujet… Sinon, l’incompréhension mutuelle va vite se muer en discussions chronophages, et par conséquent annuler l’effet “gain de temps” de la prestation. 

Pour terminer, on peut également se tourner vers un expert-comptable en ligne – comme Wity par exemple – pour ses tarifs plus avantageux que ceux d’un expert-comptable de proximité : en tant qu’auto-entrepeneur, il n’y a pas forcément nécessité de voir son comptable régulièrement. Bref, c’est vous qui voyez en fonction de votre activité !

Finfrog est immatriculé à l’ORIAS sous le n°16003680 en tant qu’Intermédiaire en Financement Participatif. Finfrog est enregistré sous le numéro 77454 par l'ACPR comme agent de Budget Insight, établissement de paiement agréé. Finfrog est enregistré auprès de la CCSF comme agent de Mangopay SA.

Le TAEG (taux annuel effectif global) maximum des prêts proposés sur le site finfrog.fr est de 20,9%.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Logo de Mangopay, du Crédit mutuel Arkea et de Payline

Siège social : 45ter rue des Acacias, 75017 Paris

Numéro de telephone : 01 76 40 05 08

© 2022 finfrog. Tous droits réservés

Pictogramme représentant un cadenasConnexion sécurisée
Pictogramme représentant un certificatCertificat SSL