dividom
15 juillet 2021

L’immobilier, des solutions adaptées à tous

Immobilier

Comment investir ? Quelles solutions s’offrent à moi ? 

Nous proposons plusieurs solutions d’achats. En effet, il est possible d’acheter votre bien pour une résidence principale. Mais vous pouvez aussi acheter pour générer des rentes, c’est ce que l’on appelle l’investissement immobilier. « Investir » à tendance à effrayer, or, c’est pourtant simple ! Il vous suffit de placer votre argent dans un bien immobilier, d’où le terme placer de l’argent dans la pierre. Pourquoi est-ce si intéressant ? Car cela vous évite de laisser dormir votre argent à la banque. Investir dans la pierre permet d’opter pour des solutions de revenus complémentaires, par exemple, faire de la location ce qui va générer un loyer mensuel. Le but est que vous soyez gagnant de cet investissement. 

Il existe une alternative tout aussi intéressante, l’investissement participatif. Celui-ci est connu sous le nom du Crowdfunding.

La genèse du financement participatif, le Crowdfunding immobilier

Le financement participatif, dit le Crowdfunding, vise à regrouper les activités liées au financement de projets par le public. Investir en crowdfunding va permettre le financement de projets immobiliers, de ce fait de pouvoir être investisseur du projet, donc actionnaire.

Le Crowdfunding immobilier est composé de trois branches : le Crowd-investing, le Crowd-building et le Crowdlending.

Le crowdfunding est un terme anglais pour désigner un « financement participatif ». Cela signifie qu’un grand nombre de personnes sont amenées à participer à l’élaboration, en termes économiques et financiers, d’un projet. L’objectif est de récolter des fonds sous forme de petits montants, auprès d’un large public. Afin de financer un projet créatif ou entrepreneurial dans différents secteurs. Ce financement peut prendre diverses formes : don, prêt avec ou sans intérêts ou investissement en capital.

Le crowd-investing

Dividom propose d’investir dans la pierre en achetant un bien immobilier à plusieurs dans le but de se partager les revenus locatifs. Le but étant de donner la possibilité aux épargnants d’accéder à l’investissement dans la pierre en simplifiant et en déléguant les démarches. Mais aussi en proposant un ticket d’entrée abordable. Le crowdinvesting s’adresse aussi aux investisseurs plus qualifiés puisqu’il permet de diversifier ses investissements et de défiscaliser. Ce mode de financement s’inscrit dans une philosophie d’investissement à moyen/long terme. En effet, l’objectif premier et de réaliser un complément de revenus, défiscaliser ou encore se créer un patrimoine pour préparer sa retraite.

Le crowd-building

Le crowd-building contrairement au crowd-investing, vise un public à la recherche d’un investissement à court terme. Son objectif, lever de l’argent auprès des particuliers pour prêter ce capital à un promoteur immobilier. Une fois la commercialisation du programme immobilier terminée, le promoteur remboursera cette somme plus des intérêts. Ce modèle permet donc de bénéficier d’un retour sur investissement rapidement. Et ce, avec des rendements intéressants allant de 4 à 11% en fonction des programmes. Il convient toutefois d’étudier l’historique du promoteur avant d’investir dans un projet. Les intérêts promis et le capital engagé peuvent être perdus. Notamment dans le cas où le programme prendrait un retard important et/ou comporterait des invendus. Cependant, le promoteur a un intérêt plus qu’important dans la faisabilité de son programme. En effet, il mobilise un pourcentage du montant total de l’opération avec ses fonds propres.

Le crowdlending

Le crowdlending permet de financer un projet de développement d’une PME française en échange d’intérêts. Autrement dit, les particuliers jouent le rôle de banquier en prêtant un capital aux entreprises. La principale différence entre les organismes financiers classiques et les plateformes de crowdlending est que les plateformes facilitent la mise en relation entre les investisseurs et les entreprises qui cherchent à se développer. Mais en aucun cas, les plateformes engagent leurs fonds. Il est conseillé pour ce modèle de répartir son capital dans plusieurs projets afin d’optimiser ses placements et de rester vigilant en cas de défaillance de l’emprunteur.